Comment fonctionne l’attirance physique ?

La vie, a l’aube du 21ème siècle, nos instincts et nos pulsions continuent-ils de nous gouverner ?

 

Est-ce que la société moderne a modifié nos comportements ?

 

Des découvertes scientifiques récentes nous démontrent l’origine du sentiment amoureux et le rôle des hormones dans l’amour et la sexualité et celui du cerveau, l’organe sexuelle le plus important.

 

 

On dit que les hommes parlent d’amour pour coucher tandis que les femmes elles couchent pour avoir de l’amour mais qu’en est il réellement ?

L’amour a-t-il encore une place dans notre société moderne hyper sexualisé ? Qu’est ce qui a changé avec a révolution sexuelle des années 60 ?

Qu’est ce qui fait tourner le monde et qu’est ce qui nous rend heureux ? Le sexe ou l’amour ? Notre premier organe sexuelle n’est ni le vagin, ni le pénis mais le cerveau car c’est lui sous l’action de l’hormone décide pour nous entre sexe et amour mais quelle est la part de pulsion t quelle est la part de libre arbitre ?

 

Les chercheurs sont divisés sur la question, il y a des défenseurs de l’amour et les adeptes du sexe.

 

Pour l’anthropologue Allemand, Carl Grammer, la nature ignore le romantisme, amour et bonheur n’interviennent pas dans l’évolution des espèces.

Il n’y a pas de reproduction sans sexe, la reproduction c’est tout d’abord une histoire de population, d’ailleurs notre cerveau n’a pas intégré la notion de reproduction mais celle de sexe. On ne veut pas se reproduire mais on veut avoir des rapports sexuels.

Mais selon Helen Fisher, l’anthropologue Américaine, l’amour jouerai un rôle essentiel dans l’évolution de l’espèce et serait scientifiquement mesurable.

Le sexe est un élément important de la reproduction mais moins que l’amour, les gens font beaucoup de sacrifice par amour, on vit d’amour, on languit d’amour, on tue par amour, on meurt d’amour.

L’amour est l’un des systèmes cérébraux les plus puissants.

Helen Fisher utilise la technique de l’IRM pour mettre l’amour en évidence, on présente a des sujets amoureux une photo de leurs bien-aimés, certaines zones du cerveau s’active et on leurs présentent des photos de beaux inconnus, ce sont d’autres régions, les régions sexuelle qui s’activent.

‘Pour moi, il y a une pulsion d’amour et c’est la découverte la plus importante que j’ai faite durant toutes ses années que j’ai passé a étudier le cerveau’

On croyait l’amour être un sentiment diffue mais ne serait-il pas une pulsion au même titre que le sexe ?

L’amour vient de centre primitif de la base du cerveau associé a la motivation, désirs compulsifs et c’est probablement plus fort que le désir sexuel.

A l’institut d’anthropologie de Vienne en Autriche, l’équipe de Karl Grammer étudie le comportement sexuel humain. Une expérience consiste a enregistrer les signaux inconscient envoyé par le corps a l’aide d’une camera spéciale

Pendant que le sujet danse, un ordinateur analyse son langage corporel et établit le profil de sa personnalité, le cerveau ne fonctionne pas autrement lorsqu’il  analyse pour vous les traits sexuels exercé par une autre personne.

L’attirance et la sexualité sont complets en ce sens que l’attirance jour un rôle dans le choix d’une compagne ou d’un compagnon, on choisit son partenaire principalement en fonction de son apparence et leurs être intérieur jour un rôle secondaire.’

Peau lisse, lèvre pleine, grands yeux, mâchoire étroite, tout ses caractères externe n’ont qu’un seul but, c’est favoriser la reproduction.

Durant des millions d’années, le cerveau s’est entrainé à analyser le patrimoine génétique d’un partenaire potentiel en un seul coup d’œil.

Les femmes émettent un signal différent les jours ou elles ovulent, les stripteaseuses par exemple gagnent beaucoup plus de pourboire ce jour la.

‘On constate aussi que les femmes ne sont pas attirées par les mêmes hommes selon la période de leurs cycles menstruels, au moment de l’ovulation.

Elles préfèrent des hommes plus virils alors que dans d’autres temps elles préfèrent les hommes plus féminins mais leurs propres pouvoirs de séduction varient aussi au cours de leurs cycles et en générale les femmes sont plus attirantes au moment de l’ovulation.’

Dans ce pouvoir de séduction inconscient, Karl Grammer voit un modèle hormonal dépendant adapté du corps humain.

Le sexe pour lui c’est une déclaration de guerre en vue d’assurer la survie de l’espèce, une stratégie de défense contre les parasites, une stratégie de brassage des gênes.

L’amour tel que Karen Fisher nous décrit n’existe pas.

‘ Helen Fisher a raison quand elle nous dit que l’amour jour un rôle important mais d’où vient l’amour ?

L’amour a apparu assez tardivement dans l’évolution, il n’y a pas d’amour chez les reptiles, les batraciens et les insectes mais en tout pas selon la définition que nous lui donnons.’

Pour Helen Fisher en revanche, le sexe n’est qu’un des éléments d’une stratégie plus globale de reproduction car oui les femmes cherchent un homme pour se reproduire mais pas seulement car elles cherchent également un compagnon qui reste auprès d’elle.

‘Le système cérébrale du sentiment amoureux est le même depuis 4 millions d’années. Tous les animaux connaissent des sentiments amoureux et quand un male est attiré par une femelle, la dopamine augmente de 50% dans certaines zones de son cerveau. La dopamine est l’hormone de l’amour et du bonheur et c’est elle qui nous donne des ailles. Chez le rat par exemple, l’attirance intense ne dure pas plus de 30 secondes, chez le renard ca dure une vingtaine de jours, chez l’éléphant 5 jours, chez les chimpanzés 2 semaines et chez l’homme ca dure 21 ans’

Helen Fisher a mis en évidence que le sentiment amoureux intense s’accompagne d’une forte production de dopamine dans le cerveau et d’une forte addiction exactement comme une drogue et d’ailleurs l’effet est le même, on plane et on est sur un petit nuage.

‘ Quand on a un désir compulsif de sexe et qu’on le satisfait, on est généralement comblé pour un moment alors que quand on a un désir compulsif de voir l’être aimé, c’est de plus en plus fort et on pense à l’autre jour et nuit. Entre la pulsion sexuelle et le sentiment amoureux, le vécu est très différent.’

Et quand l’amour n’est pas réciproque ?

Le sentiment de rejet est très puissant, j’ai voulu savoir ce qui se passait a ce moment la dans le cerveau. Avec mon équipe on a donc fait passer un scanner cérébral à 50 personnes qui venaient d’essuyer un refus, on a fait plusieurs constats mais le plus important est qu’il y ait une activité que l’on retrouve dans l’addiction comme pour la cocaïne ‘.

Stefani, 33 ans éducatrice spécialisé vit a Munich, elle travaille tout en poursuivant des études par correspondance et aussi loin qu’elle s’en souvienne a quelques histoire prêt, elle a toujours été célibataire. Elle croit au grand amour mais elle ne cherche plus.

‘La vie a deux, l’intimité, la sexualité ca me manque, ses picotements dans le ventre’

Stefani pense être trop exigeante avec les hommes et elle a voulu essayer les sites de rencontre et en est venu à fréquenter le site de rencontre C-Date, casual dating qui est propose des rendez vous a caractères sexuelle sans lendemain. Pour elle c’est une solution provisoire.

Andreas, lui est célibataire depuis 1 an, il est process manager, sa semaine de travail est tres chargé et il ne veut surtout pas de stress le week end.

La solution proposée par C-Date sans responsabilité lui parait idéal. Il recherche un peu de bon temps et pas le grand amour.

Andreas est un célibataire endurcit, une femme et des enfants très peu pour lui.

Uwer Hartmann est psychologue et Tillmann Kruger est biologiste. Ensemble au laboratoire du plaisir de l’école de médecine d’Hanovre, ils étudient le 11 :30 manquant  entre sexe et amour, l’orgasme, la jouissance physique met en évidence la frontière entre l’un et l’autre.

: ‘La sexualité de l’homme a beaucoup de point commun avec celle des animaux, prenons le rat, l’animal de laboratoire par excellence, on peut trouver ca dégoutant mais on peut trouver une grande similitude entre lui et nous. Sur le plan de l’excitation, c’est la même chose, on touche au cerveau reptilien.

Ce qui distingue radicalement notre sexualité et celui du rat, ce sont les systèmes inhibiteurs. Si on fonctionnait comme les rats je ne vous dit pas l’ambiance dans nos rues ’

Pas facile d’atteindre l’orgasme en laboratoire, les couples ont 2 mètres carrés pour jouir au service de la science, malgré cela les chercheurs n’ont pas de difficultés pour trouver  des volontaires pour leurs études car beaucoup de gens sont curieux de savoir ce qui se passe en eux a ce moment la.

Le but de l’expérience est d’étudier l’aspect hormonal du coït, et pour cela on équipe les sujets d’un appareil de bio feedback qui mesure la fréquence cardiaque et la pression artériel, on effectue aussi un prélèvement de sang toutes les 2 minutes de salive avant et après l’expérience car l’orgasme c’est ca, un feu d’artifice hormonal.

Si les hormones ne sont pas au rendez vous, il n’y aura pas de jouissance.

UH : ‘Avant un rapport, le cerveau passe en revue différent point, il vérifie le taux de glycémie, la présence de certaine hormone et la température extérieure.

Les chambres à coucher glaciale tuent l’amour. S’il fait 13 degrés, le cerveau nous dit de laisser tomber.’

Le désir masculin se réveil en moins de deux alors que les femmes ont besoin d’un peu plus de temps pour se mettre en condition.’

UH : ‘La femme fait des vérifications plus poussés que l’homme, c’est assez logique puisqu’un rapport peut avoir des conséquences plus lourdes pour elle et je bien sure parler d’une grossesse.

Les chercheurs s’intéressent surtout à une hormone, la prolactine dont le taux explose juste après l’orgasme. La prolactine participe au happy end car elle inhibe désir et apporte un sentiment de bienêtre.

TK : ‘Nous avons mesure le taux de prolactine et nous avons constaté qu’il grimpait fortement chez l’homme et la femme pendant l’orgasme coïtale.

 Lors d’un orgasme obtenu pendant la masturbation, il est 300% plus faible. Cela montre que l’accouplement joue un rôle central.’

Une autre hormone joue également un rôle dans le coït, c’est l’ocytocine qui participe a la sensation de bienêtre au même titre que la prolactine mais pour cela nul besoin d’une vie sexuelle débridée.

UH : ‘Concernant la fréquence des rapports d’un couple la courbe diminue au bout des 4 ou 5 premières années, ca passe de 6-10 fois par mois a 3-4 fois.

C’est une constante qu’on retrouve dans tout les couples mais ca n’a rien d’anormal.’

Des enquêtes montrent un désintérêt croissant des hommes européens pour le sexe. Plus personne ne croit au mythe de lors de l’excitation permanente.

Dans on laboratoire du plaisir, l’équipe d’Hanoeuvre cherche les raisons du nouveaux haras sexuel. Il s’agit de mesurer l’excitation du sujet qui se masturbe devant des films pornographiques.

La panne du désir se traduit au niveau hormonal, en générale, elle est due à un manque d’excitation ou au surmenage.

Confronté à des images de prouesse sexuelle de plus en plus extravagante, l’homme capitule, submerge devant la pression.

UH : ‘ On a des chiffres a ce que les américains nomment le Low Sex ou le No sex, l’absence de désir ou d’un désir très diminué.’

16% des hommes se plaignent de l’absence d’un désir.

UH : ‘ Stress, fatigue, manque d’énergie, le constat est souvent le même. Résultat, ou trouver encore            l’énergie pour s’investir sur le plan érotique pour avoir une activité sexuelle ?

Certains et surtout les hommes préfèrent aller regarder un film érotique sur internet parce que c’est plus facile que d’entamer un échange sexuel avec sa compagne.’

2 tiers des femmes disent ne pas avoir envie de sexe. Pour étudier ce phénomène, l’équipe d’Hanoevre utilise des sangs vaginaux qui mesurent l’irrigation sanguine et modifie artificiellement le taux d’hormones.

TK : ‘ Dans cette étude, on manipule le taux de prolactine et le système de la dopamine et on regarde les effets chez la femme. On sait déjà que chez l’homme, une baisse de la prolactine ou une stimulation du système de dopamine énergique augmente le désir sexuel.

La sexualité est à la fois une source de problème dans le couple et un élément stabilisateur. Mais dans quelle proportion l’amour a-t-elle besoin de sexe et le sexe de l’amour ?

C’est la question de fond posé par l’équipe d’Hanoeuvre car amour et sexe est probablement relie et ne peuvent s’épanouir qu’ensemble.

UH : ‘ Ce qui est drôle chez l’homme c’est que la sexualité appelle amour et attachement a plus au moins au long terme.’

Les hormones gouvernent notre vie amoureuse et sexuelle mais lesquels l’emportent ?

Les hormones sexuelles comme la testostérone, les estrogènes et la dopamine qui stimulent le désir ou les hormones de l’amour, comme la prolactine et l’ocytocinequi participent au sentiment de bienêtre et à l’attachement.

Un petit spray en vente sur internet garantie les deux, sexe et sentiment, baptisé, Liquid Trust – Confiance Liquide, ce cocktail chimique associe l’ocytocineà des phéromones qui existent le désir.

Le fabricant promet le bonheur sur tous les plans. Le marchand d’amour s’appuie sur une découverte de Grégoire Demust et Markus Heinrichs, deux spécialistes de l’université de Fribourg qui étudie la naissance de l’attachement a travers les rapports sexuels. Demust et Heinrichs ont mis en évidence une nouvelle fonction de l’ocytocinequi semble faire un filtre d’amour.

MH : ‘ Comme beaucoup d’hormone, l’ocytocines’écrêté lors des rapports sexuelle lors des orgasmes, on pourrait en déduire qu’elle joue un rôle direct dans la satisfaction sexuelle mais c’est faux, rien ou presque rien ne nous l’indique.

On pense qu’elle intervient plutôt que la testostérone et la prolactine.

Intervient-elle en amont du désir ? Peut-on avoir envie de sexe sans oxytocine, l’hormone du bienêtre ?

Pour le savoir Marcus Heirichs étudie un échantillon de salive d’un sujet et mesure son taux de cortisone, une hormone du stress car si l’ocytocineapporte un sentiment de bienêtre elle doit être capable d’inhiber une sensation négative de peur et de stress, puis le sujet inhale de l’ocytocineou un placebo, l’étude est un double aveugle, ni le sujet ni le chercheur ne savent ce que contient le spray.

Ensuite, le sujet est placé dans des conditions de stress.

Peu à peu on augmente les facteurs de stress, les questions deviennent intime, on presse le sujet de répondre.

‘Cette étude nous montre clairement que les hommes qui n’ont pas inhalé de l’ocytocine avant l’expérience sont ceux qui présentent le taux de cortisone et donc ont le niveau de stress le plus élevé.’

On recommence la même expérience en ajoutant quelques marques de  sympathies et quelques mots d’encouragement, l’hypothèse des chercheurs est qu’un simple contact physique suffit à créer de la confiance et à envoyer une forte poussée d’ocytocine au cerveau.

Le résultat est très parlant, malgré les questions compliquées, le sujet est plus détendu et concentré.

‘Les sujets qui ont reçu à la fois un soutien physique et de l’ocytocine forment la courbe du bas, ils ont le stress le plus faible. Donc manifestement, l’ocytocine permet d’utiliser au mieux la sociabilité d’autrui pour réduire son stress.’

L’ocytocine est un messager du système nerveux, elle est secrétée par l’hypothalamus le principal organe hormonal du cerveau, elle agit surtout sur le système lympique le centre de l’émotion.

‘L’ocytocine augmente sensiblement la capacité d’une personne a regarder l’autre dans les yeux et a établir un contact visuel et donc a reconnaitre les émotions d’autrui.’

A terme l’hormone qui supprime la peur pourrait-elle être utilisée dans le traitement de la dépression et de la phobie sociale. L’équipe de Freiburg travaille déjà avec des autistes, incapable de se mettre a la place d’autrui. Apres des prises d’ocytocine, ils interprètent mieux les expressions de joie, de peur ou de tristesse dans le regard des autres.

‘ Dans ce groupe de malade atteint du syndrome d’Asperger qui est un trouble de  type autistique, on a constaté que la prise de l’ocytocine améliore la reconnaissance des émotions. Pour nous c’est très intéressant, d’autant que c’est la première étude qui indique que l’ocytocine peut compenser partiellement un manque ressenti comme très handicapant par ses patients.’

Bien que les effets secondaires et les effets à long terme ne soient pas encore bien connus, on peut déjà acheté de l’ocytocine de synthèse sur internet.

‘ Les gens qui proposent ce type de substance sont des charlatans.’

Et puis a-t-on vraiment besoins d’un filtre d’amour ?

‘ Je ne pense pas que l’ocytocine puisse devenir une drogue, notamment parce que les effets euphorisant ressenti sont très limité. L’alcool est probablement plus efficace’

N’en déplaise a certains, l’hormone de l’attachement ne sera sans doute pas l’aphrodisiaque de demain.

Revenons à notre histoire… Stefani est de retour sur C-Date, le site de rencontre, elle tombe sur le profil d’Andreas et le contacte directement. Ils vivent dans la même ville et se donnent rapidement rendez vous.

Pour Stefani, ses rendez vous sont toujours la perspective d’une bonne soirée et plus si affinités.

Pour Andreas au contraire, toutes relations à un début et surtout une fin, il ne cherche pas l’amour mais le sexe. Stefani l’intéresse parce qu’elle habite la même ville, il n’irait pas la voir si elle habitait plus loin et il se moque qu’elle ait le même passetemps que lui.

Andreas et Stefani ne se connaissent pas, au parc ils passent l’un à côté de l’autre sans se voir, ils ont pourtant pris date pour passer une folle nuit ensemble.

Est-ce la, la sexualité du future, une sexualité planifié qui ne perturbe surtout pas la vie quotidienne ?

A Zurich, une jeune agence s’appuie sur la génétique pour vous trouver le grand amour ou alors tout simplement le compagnon idéal sur le plan biologique.

Gene Partner arrange des rencontres sur une base biologique, son slogan, ‘l’amour n’est pas un hasard’, on peut commander le test en ligne.

Si je continue j’arrive sur la page de quelqu’un. On vous donne un numéro d’identification, c’est très simple, il faut juste tourner le bâtonnet dans la bouche.

Gene Partner peut trouver votre partenaire pour la somme de 99 euros plus quelques gouttes de salive.

Les échantillons de salives sont analysés en laboratoire, on effectue un séquençage du génome pour obtenir le profile de la personnalité, un type hormonal et le degré d’attirance. Les résultats sont livrés sous la forme de 3-4 diagrammes.

Je me connecte avec mon numéro d’identification, voila la compatibilité entre mon mari et moi, le résultat globale est bon, on a une compatibilité de 70%, j’aimerais sortir avec cette homme et je ne trouve pas qu’il est comme un frère pour moi et donc c’est assez parlant. La symétrie de l’assurance c’est tres important, si la flèche était de l’autre côté, ca voudrait dire que je ne lui plais pas vraiment alors que lui me plait et ce n’est pas l’idéal.

J’ai aussi fait le test avec un ami, on a un super bon résultat, meilleur qu’avec mon mari, on est a 90% partout.

Gene Partner reçoit chaque mois une petite pile de test à analyser mais l’agence n’a encore arrangé aucune union, la méthode est encore trop récente sur le marché nous dit-on

Les gens manquent de temps et ils veulent le maximum d’infos sur une personne avant de vouloir la rencontrer.

Dans la mesure du possible, ils veulent savoir si le rendez vous a une chance de marcher ou si ca va encore être une déception.

Gene Partner s’associe a une agence matrimoniale pour croiser données biologique et données socioculturelle et vous faire rencontrer l’homme ou la femme qui sera vraiment idéal.

Alors êtes vous tenter par un test de salive pour trouver votre moitié ou bien préférez vous vous fier a votre flaire ?

A l’institut Max Planck de biologie de l’évolution a Pleu dans Allemagne, Manfred Milinki étudie le rôle des odeurs, elles sont peut être au cœur d’un choix de partenaire.

Pourquoi ? Parce que les virus, les bactéries et les parasites, les principaux ennemis de l’espèce humaine.

D’après Manfred Milinki notre stratégie de défense contre tous ses microbes est la reproduction sexuelle. Le brassage des gênes qui se produit lors de la reproduction peut en effet renforcer le système immunitaire.

On choisirait donc son partenaire en fonction de son système immunitaire et plus exactement de son odeur de son système immunitaire.

‘Il y a toujours quelques chose de vrai dans les proverbes, on dit parfois de quelqu’un je ne peux pas le sentir, voila sans doute l’explication de ce proverbe.’

Pour vérifier ce proverbe, Manfred Milinki a travaillé sur des épinoches et dans cette expérience la femelle prête a frayer  ne peux pas voir le male, elle peut seulement sentir l’eau de l’aquarium et 10 minutes plus tard la femelle a fait son choix,.

‘La femelle épinoche sent les gênes des males et connait ses propres gênes, hors tout les vertébrés ont un système CMH et si ce système est la solution adapté par tous, ca doit fonctionner pareil chez tout le monde y compris chez l’homme. L’espèce humaine doit être capable de sentir les gênes impliqués dans le système immunitaire chez le partenaire potentiel pour choisir celui qui complétera au mieux ses propres gênes.’

L’homme n’est il que le complément de la femme ? Est-ce la génétique qui détermine le choix d’un père pour fabriquer des enfants résistants et l’amour alors ?

‘Derrière tout cela se cache une stratégie de reproduction inconsciente mais justement comme c’est inconscient, on a peut être l’impression de décider soi même          mais en faite ce sont les gênes du CMH qui choisissent pour nous en nous disant un tel tu ne peux pas le sentir.’

Mais si on peut sentir les effleures du corps, a quoi servent les parfums synthétiques qu’on porte pour séduire ? A quoi ? A cacher une mauvaise odeur ? A se faire passer pour un autre ? A augmenter son sex appeal ?

Le parfum existe depuis l’antiquité, Manfred Milinki, émet l’hypothèse qu’il apporte un avantage biologique sinon comment expliquer qu’au 21eme siècle, les parfumeurs utilisent toujours les mêmes ingrédients ancestraux ?

‘Prenez l’ambre par exemple, le nom fait rêver et l’odeur est agréable mais autrefois c’était extrait des cadavres des cachalots, ce sont les restes de leurs digestions. Il y a aussi le castoria, une sécrétion des glandes sexuelles des castors ou encore la surette qui en gros est de l’urine des chats.’

Les chercheurs de l’institut Max Planck ont constaté que les parfums que l’on choisi soi même renforce celui des signaux biologiques que l’on émet

‘En d’autres terme, on ne choisit pas vraiment son parfum, ce sont nos gênes qui choisissent pour nous le parfum qui nous convient le mieux.’

Et quel est le parfum qui nous plait sur la peau des autres ? L’institut Max Planck a fait sentir 25 fragrances a différent sujets et le résultat est nette, nous choisissons comme partenaire des individus qui portent d’autres odeurs que nous.

‘A la fin du parfum, le roman de Patrick, grenouille concocte le parfum ultime, celui qui fait se pâmer le monde entier mais d’après nos recherches un tel parfum n’existe pas.’

Sélection, reproduction, évolution  et l’amour dans tout cela ? Est-ce cette force qui maintient la cohésion du couple pour élever les enfants a deux ?

Jurg Willi est un psycho thérapeute de renom, spécialiste du couple, il est marié depuis 50ans. Jurg Willi est un grand défenseur des sentiments.

‘Ce qui compte le plus dans une relation durable, c’est l’amour et l’identification a la vie qu’on mène a deux, ca compte tout autant, ensuite il faut que chacun puisse s’épanouir dans la relation et évidemment il faut savoir se parler, communiquer.’

Et la sexualité alors ?

‘La sexualité c’est le wagon de queue mais c’est loin d’être primordiale contrairement a ce que l’on pense.’

Jurg Willi se fit à une étude qui l’a conduite a des facteurs de stabilité sur les couples suisse.

Dans les pays occidentaux, il explique par les mutations de la société depuis ses 40 dernières années. La révolution des années 60-70.

‘Les années 70 ont  renversées toutes les valeurs, plus personne ne voulait se marier, on prenait l’amour libre, l’union libre. La sexualité a proprement parlé s’est libéralisé, on a inventé le couple tolérant, l’échangisme, la sexualité de groupe, les aventures en dehors du couple. La jalousie est venu très mal vu.’

Au nom de l’épanouissement de l’individu, on fini les rapports entre homme et femme au lit a la maison et au travail.

‘Ensuite il y a eu le mouvement féministe, les femmes se sentaient exploiter, elles avaient l’impression que la sexualité était réservé aux hommes et qu’il y avait une tyrannie de l’orgasme, au sens ou c’était l’homme qui était maitre de l’orgasme, qui décidait si la femme en avait ou pas et si elle n’en avait pas elle souffrait d’une névrose’

D’abord l’amour libre, puis la redéfinition des rôles, les hommes sont désorientés, désormais les femmes peuvent se passer des hommes tant pour obtenir une reconnaisse sociale ou pour subvenir au besoin des enfants, plus rien ne les obligent a la vie de couple.

‘Et puis il y a une dizaine d’années, il y a eu une redécouvertes de l’amour mais ca a été vite occultée par la période actuelle qui est marquée par une survalorisation de la sexualité dans la société et dans les couples. Soudain, tout est libre, tout est possible et en plus tout est facilités en apparence par les produits chimique, internet et la pornographie.’

Paradoxalement, cette hyper sexualisation de la société s’accompagne d’un besoin croissant durable, d’intimité, de tendresse, en un mot d’amour !

‘En un sens ce sexe qui nous submerge nous détruit.’

Les mutations sociales commencent toujours par des excès mais Jurg Willi observe une nouvelle tendance rassurante, les femmes privilégient de plus en plus leurs relations sociales au détriment de leurs carrières et cela apaise leurs relations avec les hommes. Pour Jurg Willi, ce sont les femmes qui vont sauver la société de la folie du sexe.

‘Les femmes sont plus différenciées, complexe, plus stable aussi et capable de dire non ca ce n’est pas moi et non je ne participe pas a ca.’

Un nouveau cri d’amour s’élève au 19eme siècle, retour chez Stefani ou elle se prépare à rencontrer Andreas dans quelques heures.

Le moment tant attendu arrive enfin, Stefani et Andreas se sont donnes rendez vous dans un parc pour passer l’après midi et la nuit ensemble. 5 heures à peine vont s’écrouler entre leur première rencontre réelle et le stade ultime de l’intimité,

Ils se racontent brièvement quelques détails de leurs biographie en déambulant dans le parc. Ils s’entendent à merveille, ils peuvent se sentir, s’embrasser, rire ensemble, il n’en faut pas plus pour commencer.

Comme prévu Stefani et Andreas ont juste couché ensemble mais ca ne suffit pas pour Stefani.

Sexe et Amour, c’est l’expérience totale, les plus beaux souvenirs d’une vie, une osmose qui garde sa magie même pour la science.

‘L’évolution à bricoler un truc qu’avec des bouts de ficelle trouver ta droite et ta gauche mais on pourrait imaginer un système bien meilleur.’

‘La pulsion sexuelle s’est développé pour qu’on s’intéresse à différents partenaires. Le besoin d’amour s’est développé pour qu’on concentre son énergie reproductive sur un seul partenaire et le troisième schéma du cerveau, c’est-à-dire l’attachement est développé pour que le couple reste uni le temps d’élever les enfants et les trois sont essentielles’

‘L’amour est très tenace, une chose le montre, il y a beaucoup plus de couples qui durent avec une sexualité très réduite voir inexistante que l’inverse.

 

Des couples avec une sexualité passionnel mais sans amour existe aussi mais en général c’est très limité dans le temps. L’amour romantique synonyme d’obligation et il survit même quand il semble éteint mais a un moment il faut savoir attiser les braises pour raviver la flamme.’

Ce contenu a été publié dans Faire l'amour, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *